GIU LA TESTA

STEFANO DI BATTISTA, SYLVAIN LUC

Sortie : 23 Septembre 2014

Avec cet album, Stefano di Battista et Sylvain Luc revisitent les musiques de films en nous faisant partager leur inspiration générée chez eux par les versions originales. Sur certains titres, les thèmes exposés restent clairement identifiables, dans d’autres ils sont suggérés par petites touches, quelques notes qui permettent de reconnaître une oeuvre en quelques secondes. Et la magie s’opère. La mélodie originale reste en filigrane dans chaque morceau, elle apparaît et disparaît, pour permettre aux interprètes de pouvoir se renvoyer la balle. Les mélodies sortent des sentiers battus pour devenir des chantiers battus par le vent du soprano, soutenu par l’arythmie de la guitare qui impose de brusques changements de rythmes. Le jeu de rôles que s’imposent les deux protagonistes est celui du chat et de la souris, ils se courent après, marquent l’arrêt et repartent pour mieux rejouer. L’ensemble est soutenu par deux autres compagnons de jeu, Daniele Sorrentino à la basse et Pierre-François Dufour à la batterie et au violoncelle. Ce jeu pourrait être dangereux, il pourrait lasser, mais Stefano et Sylvain ont le talent pour déjouer les pièges des improvisations qui tournent mal. Si le soprano est utilisé le plus souvent pour son côté suave ou capable de grimper dans les tours, lors de certains phrasés, c’est avec une justesse exemplaire qu’il prend aussi la place occupée d’habitude par le ténor ou l’alto. La guitare, quant à elle, bénéficie de tous les effets qu’on peut lui donner dans l’accoustique naturelle et limpide, mais aussi dans la saturation ou les riffs funky électriques. Sylvain et Stefano se sont amusés comme des gosses à qui l’on n’interdit rien, le plaisir qu’ils y ont pris est sincère et palpable, il rejaillit sur l’ensemble de l’album.